Qui êtes-vous ?

Ma photo
Bordeaux, France
De temps à autre, il m'arrive de prendre de petites commande de peinture. Pour tout renseignement, contactez moi : studiocaillou@yahoo.fr

jeudi 30 avril 2015

Red Button's Nation : voici venir Le Caillou

Yop à tous !

Ainsi, comme annoncé dans le post précédent, un petit défi Warmania a été lancé afin que les participants fournissent à Esprit, un membre créateur d'un jeu post-apo baptisé Red Button's Nation, des avatars des différents membres impliqués, réunis au sein d'une compagnie de mercenaires. 

Pour les curieux et les amateurs de post-apo (ça tombe bien avec la sortie prochaine de Mad Max), voici l'adresse de son blog où vous trouverez tout ce qu'il faut pour jouer :


Ces figurines vont lui être envoyées et lui permettront ensuite d'illustrer ses règles, et de faire jouer des parties de démo.

Et au passage pour ceux qui voudraient voir le boulot des autres membres, voici le lien vers le sujet de Warmania :


Projet sympa et utile, à priori, qui me plaisait bien, et qui ne m'a pas coûté grand chose (quelques euros et un peu de temps).

Du coup, je me suis attelé à terminer mon propre avatar, et voici donc venir Le Caillou :


La conversion a été assez simple : figurine Hasslefree, katana Perry Miniatures, fusil à pompe de chez MaxMini, un peu de greenstuff pour les lunettes et quelques bricoles de fond de tiroir pour le socle...

Et tant qu'à faire, voici le petit bout de fluff qui va avec :

Le Caillou eut un sourire ironique en voyant les derniers arrivants.

Décidément, ce n'était pas un groupe de mercenaires que son nouvel employeur avait rassemblé. Ça tenait plus du groupe de freaks des cirques pré-Catastrophe...

D'ailleurs, lui même...

Au premier abord, il n'avait pas l'air si dangereux que ça.
Ses vêtements n'avaient rien d'exceptionnel, ayant juste l'air ancien et un peu usagés. Un jeans élimé, une chemise à manches longues ayant déjà pas mal vécu, des chaussures de marche usées et un vieux sac à dos, … il ressemblait plus à un péquenot d'une quelconque colonie venu à la grande ville qu'à un dangereux mercenaire, si ce n'était le fusil à pompe visiblement usagé mais parfaitement entretenu, et l'antique sabre japonais accroché au sac.

Et de fait, quiconque ne l'avait pas vu se déplacer réellement ou se battre ne pouvait imaginer son réel potentiel.

C'est ce qu'avaient dû se dire les deux Hell's Angels qui pissaient le sang dans la rue derrière le bar. Deux imbéciles imbibés de bière qui avaient tenté de se faire la serveuse contre son gré...

A l'heure actuelle, ils auraient sans doute un peu de mal à s'en remettre, mais au moins les autres motards évitaient soigneusement de regarder en direction du Caillou.

Il était un prédateur, et des plus dangereux...

Il sourit à la serveuse qui venait lui apporter son verre et la remercia en inclinant poliment la tête.
Elle lui sourit en retour, et lui adressa même un clin d'œil.

Au milieu de cette assemblée de barjots et de trucs bizarres, ça avait parfois des avantages de ressembler à un gars normal. Heureusement qu'elle n'avait pas vu ses yeux, bien cachés derrière ses lunettes, et qu'elle n'avais pas assisté à la scène avec les Hell's Angels, sinon elle n'aurait peut-être pas été si pressée de lui souffler le numéro de sa chambre à l'oreille.

Ses yeux...
Il eut un petit sourire ironique.
Le reste, il pouvait le cacher en y faisant attention, mais ses yeux étaient à la fois son plus grand avantage, et aussi son grand malheur depuis son retour sous le soleil brûlant de la surface...

Pendant des décennies, sa famille avait vécu dans les sous-sols de la grande cité, loin à l'est.
Il y a très longtemps, juste après la Catastrophe, ses ancêtres avaient opté pour un mélange de chirurgie, de haute technologie et de génie génétique pour s'adapter à ces conditions de vie souterraines. Réflexes accrus, yeux de chat et tout un tas de petites modifications en avaient fait une espèce un peu à part.

Là, protégés des radiations et des massacres de la surface, leur petite communauté avait survécu, si ce n'est prospéré, dans les ténèbres.

Et leur clan s'était organisé autour des traditions des anciens clans du Nippon (dont descendaient une partie de ses membres par son arrière-grand-mère) grâce à quelques documents anciens sauvés de la Catastrophe. Les films de sabre, visionnés en boucle sur les vieilles machines à images du Clan, avaient bercé l'enfance des enfants, et avaient façonné leur vision du monde d'avant comme une époque idéale, où le Clan et l'Honneur étaient plus important que le reste.

Mais leurs yeux modifiés les faisaient passer auprès de beaucoup de survivants pour des mutants, et peut-être l'étaient-ils, aussi ils restaient bien à l'abri dans leurs colonies souterraines, ne sortant qu'à l'occasion du voyage initiatique des jeunes guerriers, ou en cas de grande nécessité.

Et c'était la nécessité avait ramené l'homme à la surface. La nécessité et l'honneur. Le besoin impérieux de ramener des nouvelles de sa sœur, partie découvrir le monde extérieur lors de son voyage initiatique, et qui n'était jamais rentrée.

Après quelques mois de recherche, Le Caillou avait appris qu'elle avait été capturée par des esclavagistes, et était morte dans un laboratoire clandestin après avoir subi d'horribles sévices.

Il avait déjà retrouvé, pour leur plus grand déplaisir, la plupart des personnes impliquées dans l'affaire, mais certains lui échappaient encore, dont le savant fou responsable de la mort de sa sœur et le chef des esclavagistes.

Et il n'était pas homme à lâcher l'affaire.

Son « nom donné » (une tradition clanique voulait en effet qu'un membre du Clan puisse porter plusieurs noms durant sa vie, donnés par les autres membres du clan selon ses fonctions ou sa personnalité) du Caillou indiquait à quel point il pouvait être têtu et inflexible.

Cet homme, Esprit, lui avait promis des informations sur eux, en échange d'un petit travail, pour lequel ses compétences particulières seraient nécessaires.

Il n'avait pas d'autre choix que de se vendre tel un mercenaire, un ronin des anciens temps...
L'honneur de son clan exigeait réparation...

A vous les studios, moi je retourne peindre du Vostroyen pour 40k et de l'Irlandais pour SAGA...

9 commentaires:

  1. Excellente idée et réalisation ! Ca me fait penser que Prodos (doucement Morikun ^^) propose un service d'édition de têtes personnalisée à partir de photos, ca aurait pu être une bonne occasion !
    Ne connaissant le modèle original, je me contenterai d'apprécier la qualité de l'avatar qui est superbe ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais Prodos, il va se passer pas mal de temps avant que je fasse appel à eux... ^^

      Pour le modèle original, je laisse ceux qui me connaissent apporter la réponse.
      Disons que la fig est une version légèrement améliorée (le tour de taille, par exemple... ^^)

      Supprimer
  2. Oh punaise le rendu des Jeans est fantastique, on dirait du vrai, délavé par le temps et tout . Bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci m'sieur.
      Je commence à bien tenir la teinte, mais sur une prochaine fig il faudrait que je vois si j'arrive à la texturer un peu pour simuler l'usure.

      Supprimer
  3. effectivement , rendu globale de haut niveau. bravo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci.

      Une peinture rapide et efficace, c'est tout ce que j'essayais d'atteindre sur cette figurine, et malgré quelques détails qui me chiffonnent un peu, je suis plutôt content du résultat.

      Supprimer
  4. J'avais vu la fig sur Warmania, elle est vraiment top.
    J'aime particulièrement le travail de la lumière des yeux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est marrant que ça te plaise, parce que je pense avoir un peu foiré l'effet de reflet que je souhaitais donner aux lunettes miroir ! ^^

      Après, je reconnais qu'il fait quand même plus survivant "zombicidesque" que figurant dans le dernier Mad Max...

      Supprimer
    2. Ne sachant pas ce que tu as voulu faire à la base, je pense que j'avais pas d'à priori, ça doit aider ^^

      Supprimer