Qui êtes-vous ?

Ma photo
Bordeaux, France
De temps à autre, il m'arrive de prendre de petites commande de peinture. Pour tout renseignement, contactez moi : studiocaillou@yahoo.fr

lundi 20 novembre 2017

Un Caillou au Japon - 2ème partie

Suite de nos aventures au Japon...

Même si ça n'est pas tout à fait une découverte (c'est notre 5è voyage), je dois bien avouer que je n'ai pas souvenir d'un séjour aussi pluvieux.

Le 18 octobre, nous avions prévu de passer la journée à Kamakura. Il s'agissait pour nous d'aller revoir le grand Daibutsu de bronze, que nous avions déjà vu il y a maintenant 9 ans. Mon fils n'avait alors que quelques mois, et il tenait encore dans les bras. Autre petit détail : à l'époque il faisait beau !

Nous partons donc le matin, sans trop nous presser, le programme du début du séjour n'étant pas trop chargé.

Après quelques minutes de marche jusqu'à l'arrêt de bus, force est de constater un oubli essentiel dans ma valise : la tenue de marin, avec bottes et ciré jaune...

En effet, le temps est exécrable, avec pas mal de vent, et nos parapluie ne protègent finalement pas grand chose. Tant pis, la journée sera placée sous le signe de l'humidité.
Bon, en fait d'humidité, il nous faudra 2 jours pour faire sécher nos chaussures, et nous nous essorerons en rentrant à la maison le soir... (>_<)

En arrivant à la gare, 3 choix s'offrent à nous : à pied, en bus, ou en taxi. Un rapide coup d'oeil à la sortie de la gare nous fait choisir la 3è solution, qui est à la fois la plus rapide et la moins humide.

Le taxi nous dépose près du temple, nous payons notre entrée au milieu d'un gros paquet de touristes (dont pas mal de Français, perdus au milieu de hordes de Chinois), et enfin nous pénétrons dans l'enceinte du temple. Pas de doute, le grand Bouddha est toujours aussi majestueux !

Au dessus d'un océan de parapluie, il médite depuis plus de 750 ans...

les chaussures de Bouddha, taille.... Ben je sais pas, en fait, tant elles sont grandes car à l'échelle de la statue !
 
Trêve de  plaisanterie, cette statue est tout bonnement superbe et moyennant quelques espèces, sa base se visite (ce que feront ma femme et mon fils tandis que je reste à l'abri de la pluie devant les étals d'amulettes et autres cartes postales).

Un peu humides, nous repartons courageusement (bêtement ?) à pied en direction de la gare, à la recherche d'un restaurant, la faim commençant à se faire sentir.
Au bout d'une assez longue marche, mouillés et affamés, nous sautons dans le premier restaurant venu pour profiter de la gastronomie locale :

ouais, je sais.... en même temps, on avait VRAIMENT très faim...

Blague à part, diverses salades à volonté, frites croustillantes, hamburgers et hot-dogs faits maisons et vraiment goûtus, avec pour finir un petit cheesecake au caramel salé pour accompagner le café... Au final plutôt une bonne surprise, qui nous a permis de nous réchauffer un peu avant d'aller de nouveau affronter le mauvais temps pour les visites de l'après-midi.

Nous ressortons du restaurant et tournons à gauche sur une grande avenue, direction le grand temple dédié à Hachiman, le Tsurugaoka Hachiman-gu.

Pour faire simple, il s'agit d'un temple millénaire dédié à Hachiman, dieu de la guerre, mais aussi protecteur du Japon.


 

 



 En repartant, un alignement de torii sur devant un bosquet attire mon attention. Un escalier monte le long d'un petit escarpement, surmonté de nombreux portiques, et nous mène jusqu'à un petit sanctuaire dédié à Inari, le dieu-renard, que la religion shinto considère comme le kami des céréales et du commerce (entre autres attributions)





Trempés de la tête au pied (même mon parapluie me parle plutôt mal et semble laisser passer quelques gouttes), nous reprenons le train, direction la maison. Un petit détour par le supermarché nous procure de quoi manger pour le soir et le petit déjeuner du lendemain matin.

Après un bon repas et un bain chaud, nous entamons une petite partie de Carcassonne (oui, je suis assez débile pour mettre une boite de jeu de société dans ma valise pour partir en vacances à l'autre bout du monde !) avant d'aller profiter des futons.

La journée du lendemain s'annonce humide, mais nous avons prévu d'aller à Hakone voir le mont Fuji...

19 octobre 2017 : il pleut toujours, mais quand même beaucoup moins que la veille.

Il faut se faire une raison : nos pompes ne sont pas encore sèches, malgré la clim qui a soufflé dessus toute la nuit. Heureusement, nous en avons prévu une seconde paire chacun, et après avoir attrapé le parapluie, nous partons par notre chemin habituel jusqu'à la gare.

Comme toujours, le voyage en train est impeccable. Les Japonais sont plutôt fiers de leurs trains, et je leur donne entièrement raison sur ce point : ils sont propres, ponctuels, et le réseau vraiment dense permet de circuler à loisir.

Nous achetons un pass pour la journée à Hakone, pass qui nous permet de circuler en empruntant tous les moyens de transport disponibles pour faire le tour "touristique" : bus, bateau, téléphérique (si si), funiculaire, train,...


 Le trajet en bus depuis la gare est long : nous sommes en montagne, il pleut, et il y a du monde. On y rajoute le fait que le bus s'arrête régulièrement dans les très nombreux hôtels de la vallée (et du coup, les allées sont encombrées de valises entre lesquelles il faut arriver à se glisser), mais finalement, nous arrivons au bord du lac Ashi.

Rapide constat : vu le temps de merde, c'est pas encore aujourd'hui que je pourrai profiter de la vue sur le Fuji-san...

Vu l'heure, petite pause repas dans une gargote qui ne paye pas de mine, mais nous mangeons plutôt bien :

nouilles soba et tempura pour ma femme et mon fils

tonkatsu (porc pané) pour moi

le tout arrosé d'une bonne bière : au moins je n'ai pas tout perdu, le Fuji-san orne l'étiquette ! ^^

Après cela, nous entamons notre balade...

J'avais repéré pas mal de choses avant de venir, mais je comptais en faire la surprise à mon fils. En ce qui me concerne, j'aurai beau guetter une ouverture entre les nuages, c'est peine perdue !

Nous avons donc commencé par visiter le sanctuaire de Hakone, un grand sanctuaire à flanc de montagne dont l'escalier mène du bâtiment principal du temple jusqu'au lac. Très joli temple, en pleine rénovation, mais dont les bâtiments rouges perdus au milieu des arbres sont tout bonnement superbes....

 
 
 


Nous descendrons ensuite l'escalier jusqu'au lac faire une petite photo de famille au pied du grand torii :

 
 

 L'endroit a vraiment quelque chose de particulier....

Ensuite, direction les quais pour embarquer à bord d'une réplique de navire à voile (en l'occurrence le HMS Victory) pour traverser le lac et rejoindre le départ du funiculaire. Pas de soucis, le gamin est ravi et nous profitons tranquillement du paysage malgré quelques gouttes :

Je ne vous raconte pas la tête de mon fils quand il a vu le bateau arriver...

"Petit" hôtel sur le rivage, entre tradition et modernité....   
A l'arrivée, nous nous dirigeons vers le télécabine qui doit nous mener à Owakudani, un lieu vraiment très particulier où la montagne nous rappelle à quel point le Japon est une terre volcanique. En effet, à cet endroit, des cheminées crachent en permanence une fumée à l'odeur nauséabonde, tandis que la montagne autour d'elles prend la couleur jaune du soufre...



Pour les curieux, on peut y déguster une spécialité locale : des oeufs noirs, cuits dans une source chaude à l'eau soufrée.

Nous ne le ferons pas (pluie + gamin + cheville en vrac pour le Caillou), mais il est possible de se balader à pied dans le parc pour profiter un maximum de la nature. Je pense qu'on remettra ça une autre fois, si possible un jour de beau temps pour profiter de la superbe vue sur le Fuji-san...

Nous reprenons ensuite le télécabine, puis le funiculaire et enfin le train pour rentrer chez nous avec le programme habituel (courses, repas, bain, partie de Carcassonne).

Demain, c'est départ pour Tokyo voir une partie de la famille...

10 commentaires:

  1. Beau voyage M. Caillou.

    Je me permets de laisser un commentaire car quelle ne fut pas ma surprise en constatant qu'on s'est raté de peu à Hakone, j'y étais le 12 octobre... Je vous rassure, sous la pluie également!
    M'est avis que si nous y avions été ensemble, les sujets de discussion n'auraient pas manqué!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, on s'est ratés de peu !
      Faudrait que je poste mon programme de voyage avant mon départ, la prochaine fois, histoire de voir si je croise d'autres personnes là bas.
      Cela dit, si j'avais croisé un figuriniste à l'autre bout de la planète, pas sûr que ma femme aurait apprécié que passe des heures à papoter figurines ! ^^

      Supprimer
  2. Magnifique reportage photo !! ^^

    Rhaaaaa purée !! ça me donne envie d'y repartir aussi sec (huhu, blague ^^) !!

    Serviteur,

    Morikun

    RépondreSupprimer
  3. Merci beaucoup pour les photos et le récit, désolé que tu aies eu un temps pourri.
    Mais même sous la pluie, c'est magnifique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que la journée à Kamakura a été la plus pourrie du séjour au niveau du temps...
      Heureusement que les lieux et la boustifaille compensent! ^^

      Supprimer
  4. Merci pour les photos Mr Caillou, un vrai plaisir de vous suivre à travers elles.

    RépondreSupprimer
  5. Pareil que chez Morikun-de-chez-Schmidt-en-face, c'est toujours dépaysant ce genre d'article avec moultes photos. Le Japon, ça semble valoir le détour. C'est vraiment un autre monde à découvrir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouaip, c'est un voyage qui vaut vraiment la peine d'être fait, car on atterrit sur une autre planète.
      Le mélange de traditions et d'ultra-modernité est vraiment surprenant.

      Supprimer